Les fausses couches

Ma maison n est pas juste une maison, c est la peur et la porte qui m ne la cave, mon p re et maman, et tous ceux qui s aiment mal C est les paules de m m re plus anciennes que tout, des promesses de promenades juste nous deux ensemble que ma grande s ur Lucille ne tient jamais, des fleurs dess ch es entre les pages jaunies de l Officiel du Scrabble, la t l tout le teMa maison n est pas juste une maison, c est la peur et la porte qui m ne la cave, mon p re et maman, et tous ceux qui s aiment mal C est les paules de m m re plus anciennes que tout, des promesses de promenades juste nous deux ensemble que ma grande s ur Lucille ne tient jamais, des fleurs dess ch es entre les pages jaunies de l Officiel du Scrabble, la t l tout le temps ouverte comme la bible sur la table de chevet de ma tante Solange c est tout a, un tr sor de fossiles sculpt s m me une falaise, et tout ce que je crois conna tre.Dans ce qu on pourrait qualifier de fusion trange entre le r cit d enfance, l autofiction et un pisode particuli rement intense de La famille Addams, Steph Rivard raconte l existence de William, un jeune gar on de douze ans qui grandit tant bien que mal entour de sa famille largie dans une immense maison aux accents tant gothiques que banlieusards.Les fausses couches, c est un coming of age par le deuil, la maladie mentale et la magie, mais c est aussi une lettre d amour l importance des liens familiaux, aussi d sax e cette famille soit elle.
Les fausses couches Ma maison n est pas juste une maison c est la peur et la porte qui m ne la cave mon p re et maman et tous ceux qui s aiment mal C est les paules de m m re plus anciennes que tout des promesses de

  • Title: Les fausses couches
  • Author: Steph Rivard
  • ISBN: 9782923553481
  • Page: 342
  • Format: None
  • 1 thought on “Les fausses couches”

    1. Je dirais plutôt 3½. (Je déteste ce système d'étoiles, je l'ai déjà dit.)J'avais commencé à lire ce livre il y a quelques mois, puis je l'ai « perdu » dans mes affaires, commencé d'autres livres, etc. J'avais pas accroché tant que ça la première fois mais je voulais continuer, sans trop savoir pourquoi; je trouvais ça étrange. Quand je l'ai retrouvé, dernièrement (je l'ai recommencé du début bien sûr, c'était comme une toute nouvelle lecture. C'est en effet très étrange. [...]

    2. Récit quelque peu éclaté qui m'a laissé sur ma faim.On y trouve bien quelques éléments et passages sympathiques, quelques allusions incroyables ou des descriptions croustillantes. Mais pour quoi? En fait, ce fut plutôt ardu d'y trouver ne serait-ce qu'une légère cohésion. La narration est déviante, les allusions - parfois trop métaphoriques - laissent derrière elles un propos déconstruit. Le ton est changeant, si instable qu'il est mélangeant : populaire, familier, enfant, soudain [...]

    3. Plein de choses ne se tiennent pas ; comme par exemple le narrateur a douze ans, des fois son langage est puéril (ce qui serait approprié) mais ça «décroche» par grands bouts. C'est clairement une auteure qui a lu Le Grand Cahier ET Edgar Allan Poe et a décidé de mélanger les deux, et le résultat laisse à désirer.

    4. Genre de livre qui me passe 10 pieds en haut de la terre. Il m'a attiré parce que je trouve que la couverture ressemble aux dessins de Orgasme à Moscou d'Edgar Hilsenrath.

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *